Au Quotidien

Les plantes pour soulager l’endométriose

Actuellement en formation Endocoaching avec Chris Martin-Passalacqua, j’apprends de plus en plus de choses passionnantes sur l’accompagnement holistique des femmes atteintes d’endométriose. Je me documente aussi en parallèle. C’est pourquoi il me semblait important aujourd’hui de parler avec vous des plantes qui peuvent soulager l’endométriose et ce, au quotidien. Faisons un petit tour ensemble de ces plantes qui peuvent soulager votre endométriose au quotidien !

Soulager les symptômes de l’endométriose

Soulager une endométriose peut s’avérer un vrai parcours du combattant. Contraception hormonale ou pas. La nature a cependant bien fait les choses et nous a offert des plantes, à nous les femmes, pour soulager l’endométriose.

Les grandes plantes pour soulager les symptômes (et conséquences indirectes) de l’endométriose sont :

  • Le framboisier : les feuilles de framboisier sont parfaites pour réduire les douleurs menstruelles et réguler le cycle, de préférence en tisane. Le framboisier permet aussi de limiter le cholestérol.
  • L’ortie : elle vous aide à réduire les règles abondantes et compenser la perte de ferritine, due notamment aux menstruations importantes. Elle se prend en soupe, en tisane ou en accompagnement de vos plats.
  • L’achillée millefeuille : elle contrôle la production d’oestrogènes et diminue l’impact des perturbateurs endocriniens. Elle soulage les douleurs de règles et soutient le foie dans son rôle dépuratif.
  • Le pissenlit : avec le chardon-marie, il aide le foie à se régénérer et à éliminer les xénooestrogènes, produites par les perturbateurs endocriniens.
  • Le curcuma : c’est un excellent anti-oxydant et un anti-inflammatoire puissant.
  • Le gattilier : il rééquilibre la production de progestérone en cas d’insuffisance. Il se consomme en décoction ou en gélule. Il s’utilise sous surveillance médicale.
  • Le thé vert : comme le resvératrol ou le pycnogenol, il réduit le stress oxydatif et permet de diminuer l’inflammation. Favorisez le matcha : il est très riche en EGCG, un type de catéchine présent en majorité dans le thé vert.

Réduire le syndrome pré-menstruel

Le syndrome pré-menstruel correspond à la chute des hormones en fin de cycle. C’est un vrai problème pour beaucoup de femmes : acné, migraines, tensions mammaires… bref, un grand moment pour la plupart d’entre nous ! Surtout avec une endométriose, ces symptômes peuvent être d’autant plus douloureux et difficiles à vivre.

Heureusement, il existe plusieurs plantes qui peuvent vous soulager :

  • La bardane : elle permet de faciliter l’élimination par les reins et stimule le foie. C’est la plante par excellence pour le traitement de l’acné. Son efficacité est redoublée en l’utilisant fraîche. Elle se prend en complément d’une alimentation équilibrée et riche en oméga-3,6 et 9 et en limitant sucres et produits laitiers.
  • La camomille : il en existe de différentes sortes. La Matricaria discoida soulage vos douleurs de règles et aide à nettoyer votre foie, d’autant plus nécessaire si vous prenez un traitement hormonal. La Matricaria recutita évite les spasmes et facilite la digestion. Son pouvoir inflammatoire est très puissant. Elle aide également à soigner les cystites. Elle soulage également à apaiser les migraines. Enfin, elle détend suite à un choc émotionnel.
  • L’onagre : elle permet un rééquilibrage hormonal et réduit les tensions mammaires. En massage ou en comprimés.
  • La lavande officinale et la sauge sclarée : elles sont idéales pour réduire les troubles de l’humeur. Attention toutefois à la sauge : il existe beaucoup de contre-indications, c’est pourquoi vous devez vous faire accompagner prar un professionnel.

ATTENTION : L’utilisation de plantes de toutes ces plantes nécessite un petit passage chez un phytothérapeute, un aromathérapeute ou un naturopathe. Ces professionnels vous guideront vers les plantes les plus appropriées à vous et à votre terrain 😊

Cette petite liste de plantes vous permettra de bien débuter et de poser les bonnes questions au professionnel qui vous recevra. Les plantes pour soulager l’endométriose sont nombreuses mais nécessitent une adaptation pour chacune d’entre nous. Elles sont complémentaires à une prise en charge plus « classique » et aux médecines alternatives. Pour info ou pour rappel, retrouvez mon article sur les médecines complémentaires !

Et vous, utilisez-vous des plantes au quotidien ? Lesquelles ?

Sources : La Phytothérapie de la femme, Fabienne GODDYN, Rustica Editions – Plantes & Santé n°216, septembre 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s